Voilà un peu plus d’un mois, j’ai publié un article pour décrire le début de mon aventure Remote Year avec INEAT. Après quelques semaines de cette nouvelle vie, cet article est l’occasion de faire un petit bilan de cette façon passionnante de travailler.


Un premier mois intense

Wow ! J’ai tellement de choses à vous raconter, par où commencer ? J’écris ces lignes depuis Lima au Pérou, je n’arrive pas à croire que le mois de septembre est passé si vite. Surtout que Remote Year est déjà en train de nous parler de la logistique de la prochaine destination…

Effet premier mois oblige, l’arrivée à Santiago a été pleine de challenges : nouveau pays à découvrir, nouvelle ville à visiter, nouveau bureau dans lequel s’installer, nouvel appartement où poser ses valises, 25 personnes avec qui faire connaissance… C’est excitant, demandant et très prenant !

Et encore, j’ai eu la version facile quand je pense à certains de mes camarades. Car j’ai commencé le programme en profitant de deux semaines de vacance, ce qui m’a dégagé pas mal de temps pour prendre mes marques et mes repères. Aussi, venant du centre de service d’INEAT à Montréal, je n’avais qu’une heure de décalage horaire.

J’ai vraiment l’impression que Remote Year est comme un deuxième job. En tout cas, ce ne sont pas des vacances donc une fois bien installé, c’était au tour des ajustements pour mon travail.

Le télétravail sur le long terme, c’est une organisation, qui plus est en changeant de pays tous les mois. Chez INEAT, nous avons tous les outils performants mis en œuvre pour travailler à distance : notre Slack avec certains clients, la suite Office 365 collaborative, Teams pour les audio et vidéoconférences, tout pour communiquer dans les meilleures conditions. Mais j’ai dores et déjà appris que rien ne remplacera jamais la chaleur humaine, et la spontanéité des conversations. J’aurai l’occasion d’étayer un peu plus le sujet des enjeux et de l’état d’esprit du travail à distance dans un futur article. Stay tuned!

Notre calendrier Remote Year partagé et bien chargé : webinars, conférences, formations, sorties, ateliers, rencontres sportives, anniversaires, cours de langues…

De nouvelles expériences

Chaque jour, Remote Year nous invite à sortir de notre zone de confort et à faire de nouvelles expériences. Je pourrais remplir cette section de l’article indéfiniment… Mais voici une sélection de trois expériences imprévues et inattendues que j’ai eu au Chili.

Atelier de dessin

J’ai eu l’occasion de faire un cours de dessin avec Shawn, un membre de notre groupe qui est un ancien artiste de Walt Disney. Figurez-vous que habituellement, quand je suis au maximum de ma forme, le dessin le plus élaboré que je puisse faire est de l’ordre du smiley 🙂 Alors quel challenge d’avoir suivi le cours de Shawn sur comment dessiner un Condorito ! Admirez le chef d’oeuvre :

Mon Condorito sous la directive de Shawn

Méditation

Michal est un autre compagnon, un Designer qui vient de République Tchèque, et qui vivait en Nouvelle-Zélande avant Remote Year. Michal a pris l’initiative de nous enseigner la méditation au travail. Ma première réaction a été : « Whaaaaaaaat?! Who’s got time for this? ». Mais Remote Year, c’est aussi fait pour casser ses préjugés. Alors je découvre avec plaisir et surprise l’hygiène mentale et physique qu’apporte la méditation.

Tremblements de terre

Avez-vous déjà fait l’expérience d’un tremblement de terre ? Pour moi c’était une première… Rien de dramatique, un 4.4 sur l’échelle de Richter : donc quelques secousses bien marquées comme si un métro venait de passer sous l’immeuble. Mais en fait, c’est bien notre bonne vieille planète qui donne signe de vie via le mouvement de ses plaques tectoniques. Plaques qui donnent naissance aux chaînes montagneuses telle que la magnifique cordillère des Andes, centimètre par centimètre, et avec quelques millions d’années de travail. Je vous laisse un petit aperçu de ma visite :

Sources d’eau chaude à San José de Maipo dans la cordillère des Andes

Le potentiel de Remote Year

En seulement quatre années d’ancienneté, Remote Year est devenue une communauté rassemblant des professionnels de tous les horizons. Les nomades digitaux font de plus en plus l’unanimité dans de nombreux secteurs d’activités. Je reviendrai avec tout un tas de statistiques fascinantes dans un prochain article. En attendant, l’informatique n’y échappe pas. En témoigne la nouvelle levée de fonds de 5 millions de dollars que vient d’accomplir Remote Year afin de développer de nouvelles destinations.

UnConference

Dans la méthodologie de Remote Year, on trouve un exercice qui s’appelle UnConference. C’est une invitation à présenter à la fois ses compétences et ses savoir-faire, mais également de formuler qu’est-ce que nous aimerions apprendre sous le format Pecha Kucha.

Ma diapositive pour l’exercice UnConference de Remote Year

Formations et Knowledge Drops

On trouve également des formations de sensibilisation aux différences culturelles, avec des thématiques telle que la diversité au travail, les micro-agressions, les préjugés inconscients et bien d’autres encore. Remote Year met aussi à disposition des « Knowledge Drops » sur sa chaîne YouTube, une véritable mine d’or de partage de connaissance, 100% à l’initiative de la communauté. Voici une petite sélection :

The Power of Calm
How To Protect Yourself Online – Cybersecurity Basics
How to Drive A Rickshaw in India
Long Distance Leadership
How To Write a Book
How To Get Clients Using LinkedIn
The Myers-Briggs Type Indicator

Slack

Enfin, et pas des moindres, il y a aussi le Slack Remote Nation qui rassemble plus de 2000 personnes sur toute la planète :

• Besoin d’un conseil pour votre prochain voyage à Bali ?
• Besoin de trouver des amis pour sortir ce soir sur Tokyo ?
• Besoin de vérifier une information sur le terrain à Istanbul ?
• Besoin d’une mule entre Lisbonne et Cape Town ?
• Envie de recevoir une carte postale de Buenos Aires ?
• Ou encore, besoin d’un job ? (oui oui il y a une chaîne #jobboard)

Tout est possible ! D’autant que le Slack de Remote Year fonctionne avec l’application Donut. Chaque mois, dans la chaîne #ry-connect et grâce au chatbot Donut, nous sommes tirés au sort et jumelés avec une personne de la communauté. Nous sommes alors invités à nous présenter et à échanger. Mon prochain rendez-vous sera avec Immaculate, une travailleuse sociale aux États-Unis originaire du Kenya.

Avec un tel réseau et une telle culture du partage, je suis certain d’avoir tous les moyens et contacts pour mener à bien mon étude de marché : comment coordonner des équipes constituées de ressources en télétravail, et sur différents fuseaux horaires pour faire du développement Follow the Sun ?

Voilà qui conclut cet article. J’espère que j’ai pu vous donner un bon aperçu des rouages de l’aventure Remote Year. Prochaine destination pour le mois de novembre à Medellín en Colombie. ¡Vamos!

Suivez l’aventure sur Instagram