La première partie était axée sur les innovations à destination du « grand public ». Voyons maintenant ce que les Innovations Days 2015 ont apporté comme innovations aux grands groupes et au processus de digitalisation des entreprises.

Comment introduire des nouvelles technologies dans un grand groupe ?

(Jean Paoletti, Directeur Régional ERDF, Ludovic le moan, Co-Fondateur de Sigfox)

Sigfox est une startup spécialisée dans la création d’objets connectés pour l’industrie. La liaison des objets connectés s’effectue sous forme de réseau, ils sont peu coûteux et peu consommateurs d’énergie.

La rencontre entre Jean Paoletti, Directeur Régional ERDF et Ludovic le moan, Co-Fondateur de Sigfox est atypique car c’est le grand groupe, ERDF qui est venu à la rencontre de la startup. Afin d’améliorer la remontée de défauts sur certaines machines, Jean Paoletti a fait appel à Sigfox. Pour une startup, il est difficile d’être crédible face à un grand groupe et, de manière général le NIH « Not Invented Here » met, bien souvent, une barrière entre les deux parties.

Après des mois d’études, un premier déploiement en Midi-Pyrénées a été effectué et un premier contrat (~100k€) signé entre Sigfox et ERDF. C’est un bon point pour les deux parties car les grands comptes ont besoin d’innover et les startups ont besoin de liquidité pour investir et financer les différents POCs (Proof Of Concept). Le ROI (Retour sur investissement), pour ERDF doit être rapide et la startup n’a pas le droit à l’erreur.

L’objectif est d’acquérir une confiance mutuelle dès le début de la collaboration, d’avancer petit à petit et de manière financièrement acceptable. Cette approche met en avant les aspects suivants :

  • Pour la startup : développement et financement
  • Pour l’entreprise : innovation(s) de qualité et baisse des risques

Pour l’heure, la startup a permit une augmentation de 20% de la qualité de service d’ERDF. La suite de la collaboration entre Sygfox et ERDF devrait se traduire par un déploiement national dans l’optique de devenir numéro un en qualité de service (actuellement 2ème derrière la Corée du Sud).

IOT
Exemple d’équipements connectés et reliés grâce à la technologie développée par SigFox

Usine du futur : Comment la réalité augmentée se met au service de l’opérateur de maintenance ?

(Guillaume Roubichou, responsable Commercial Industrie chez SPIE Sud Ouest et Samuel Boury CEO d’Ubleam)

Ubleam est une startup qui souhaite connecter le monde du numérique et du réel grâce à un logo interactif spécialement conçu par Ubleam. Ce logo permet d’accéder à du contenu mobile en réalité augmentée.

Pour le groupe SPIE, les enjeux sont les suivants :

  • Optimiser le temps d’intervention des techniciens SPIE (qui passent en moyenne 18 minutes à chercher dans la documentation du client)
  • Améliorer la sécurité en limitant à la fois les risques associés (chimiques, électriques etc.) et les erreurs liées à l’activité de l’entreprise ainsi que réduire les surcoûts et l’empreinte CO2 (impressions papier).

La rencontre entre la startup et l’entreprise s’est effectuée lors de la nuit des réseaux et la présentation d’une BleamCard (une carte de visite en réalité augmentée) à Guillaume Roubichou. C’était une première preuve de concept de la part d’Ubleam.

IOT
Démonstration de la carte de visite en réalité augmentée en scannant le logo interactif d’une carte de visite (crédit photo: BlogNT)

D’une carte de visite, Guillaume Roubichou a imaginé une documentation et un historique des machines en réalité augmentée. Le système fonctionne avec une pastille robuste propriétaire sur chaque machine. Elle est détectable de loin (~1m) et, ce, même si le tag est endommagé.

IOT
Exemple de logos interactifs Ubleam (crédit photo : http://www.ubleam.com)

Le client SPIE a installé ces pastilles sur des équipements de la SNCF afin d’améliorer leurs KPIs (Key Performance Indicator). L’objectif est d’avoir plus de transparence et de réduire les erreurs de saisie manuelle.  

Les objectifs futurs pour SPIE sont :

  • De taguer les 200 équipements
  • D’équiper les techniciens avec des smartphones
  • De proposer une nouvelle façon de travailler (plus moderne et surtout plus productive)
  • Valoriser le technicien face à cet élan de modernité

En temps réel, la SNCF peut désormais surveiller les interventions de SPIE et entrer en relation avec les ingénieurs afin d’obtenir des informations complémentaires. La digitalisation d’une entreprise présente quelques problématiques, et notamment socio-organisationelles. Il faut donc rassurer le salarié pour ne pas qu’il se sente surveillé. Pour cela, il y a des facteurs humains à prendre en compte et une démarche d’accompagnement du changement à mener :

  • Effectuer des formations techniques
  • Faire évoluer le produit en prenant en compte les différents retours
  • Rassurer les collaborateurs (géolocalisation et protection des données)
  • Bénéficier de l’effet recommandation

La génération Y n’aura aucun mal à s’adapter à ces nouvelles façons de travailler étant donné qu’elle vit dans ce monde numérique depuis l’enfance. À l’avenir, Ubleam va proposer des solutions ne nécessitant pas l’aide des mains et donc l’utilisation d’objets mobiles type montres ou lunettes connectées.

Décryptage des opportunités IoT pour les grands groupes et start-ups

(Elodie BONGRAIN, directrice de projet et designer, Paul BOIS, Directeur partenaire de Fabernovel Toulouse)

La troisième révolution après internet et le mobile est les objets connectés. Le marché de l’IOT sera d’environ 300 millions de $ en 2020.

Un objet connecté doit pouvoir se vendre mais surtout être valorisé après son achat. Il faut créer une valeur supplémentaire à un simple objet. Fabernovel aide et accompagne les entreprises à passer le cap des “objets connectés”. Pour l’instant ce cap est difficile à passer car les objets connectés manque de valeur, sont souvent trop complexes et peu modulables.

IOT
Domaines d’expertise de Fabernovel (crédit photo : http://www.fabernovel.com/)

La démarche de Fabernovel se déroule en plusieurs étapes :

Créer de la valeur
IOT

Dans cette démarche, il est primordiale de connaître les usages des utilisateurs afin de collecter les données et offrir des services supplémentaires qui leurs corresponds. Ces services connectés apportent une valeur à l’objet mais aussi de nombreux avantages pour le fabricant :

  • Apport de valeur après achat d’un produit
  • Augmentation du prix du produit et des services proposés
  • Image de marque redorée (entreprise innovante et moderne, peu importe le secteur)
  • Collecte des données des utilisateurs (plus personnelles et du quotidien) pour un usage futur

Adresser la valeur

La collecte des données utilisateurs permet d’envisager des services supplémentaires. Cela se traduit par des ventes supplémentaires, des entretiens de services ou encore des plateformes de services dédiées. C’est l’occasion d’élargir les opportunités et de répondre à un besoin de plus en plus précis. Ce n’est plus un simple objet qui est vendu mais la relation client qui va avec. Enfin, la création d’un écosystème grâce à ces nouveaux outils connectés va aussi générer du business pour l’entreprise.

Transition vers les objets connectés

Fabernovel est une équipe de 150 personnes composée d’analystes, de designers et d’ingénieurs afin de développer un projet d’objets connectés. Ils conçoivent des prototypes et non des solutions finales. L’entreprise aide les clients, souvent des grands groupes tels que Adeo, Canal + ou encore la SNCF à développer un business autour des objets connectés et de l’Internet des Objets (IOT ou Internet Of Thing) à la vitesse des startups.